Interview d’une sportive instagrameuse qui vit avec ses deux chiens à Paris

canicross avec un bouledogue francais runwithudog musher experience
Interview d’une sportive instagrameuse qui vit avec ses deux chiens à Paris
2.1 (42.5%) 24 votes

Andreea est une sportive instagrameuse qui vit avec ses deux chiens à Paris. Très présente sur les salons et l’univers canin, elle répond sans tabou à toutes mes questions.

Sa passion pour les chiens

Le choix d’un border collie

Avec mon chéri, on voulait absolument un chien de berger, car on aime tous les deux leur caractère, leur attention et leur amour inconditionnel pour leur maître et pour la famille. Ce sont des chiens qui n’ont pas peur de l’effort, qui sont passionnés par le travail et capables de parcourir de longues distances sans jamais s’en plaindre. On cherchait un chien un peu comme nous.

canicross running avec border collie musher experience

Mon chéri avait eu un border collie en étant enfant et m’avait longuement parlé des capacités incroyables de cette race. En me renseignant, j’ai compris que c’était bien un type de chien qui pourrait me correspondre, surtout parce que leur intelligence hors normes m’a tout de suite interpelée. Nous avons choisi Whiskey d’une fratrie de 6, avec seul critère sa beauté. Eh oui, on voulait le plus beau des chiens et on l’a eu.

Partie pour un Berger Allemand, je suis rentrée avec un bouledogue français !

Pour Loulou c’était plus un concours de circonstances. On avait comme idée de trouver un compagnon d’aventures pour Whiskey et un jour je suis allée avec une amie visiter un élevage de Bergers allemands, une autre race que j’affectionne. Partie pour un BA, je suis rentrée avec un bouledogue français, alors que ce n’est pas une race que j’avais en tête au départ et que je préfère largement les grands chiens aux petits.

Mais son histoire m’a touché en plein dans le cœur et je n’ai pas pu faire autrement. Elle était sur le point de se faire euthanasier, car elle est née avec une malformation cardiaque, qui faisait d’elle un chien impossible à vendre, avec le risque d’avoir une vie assez courte et des éventuelles complications par la suite. Choisir un autre chiot à sa place aurait voulu dire la laisser mourir et ce n’était pas une option.

C’est grâce au sport que mon chien va mieux

Ce qui est curieux avec Loulou c’est que, malgré ses soucis de santé et sa constitution pas du tout adapté au sport dans l’absolut, c’est bien grâce au sport qu’elle va mieux. Le médecin nous a conseillé de renforcer son cœur en lui faisant faire de l’exercice à un rythme pas très soutenu, mais régulier et ça a bien marché pour elle. C’est un mini chien déterminé, avec beaucoup de caractère et bonne volonté et un bon compagnon de running.

Un parcours de sportive

J’ai toujours fait du sport et je devrais remercier mes parents de m’avoir amené faire plein d’activités. J’ai fait 8 ans de danse classique, de l’équitation, de la boxe anglaise, du basket, du foot, du tennis. Tout ce qui fait transpirer, me plaît bien.

En adoptant Whiskey, nous voulions un chien sportif. Nous n’avions pas encore idée de l’ampleur de la chose, par contre. Car malgré ses deux maîtres qui adorent bouger et qui l’amenaient se dépenser au moins 1h30 tous les jours, il en demandait toujours plus. On a testé pas mal de choses avec lui, le club canin, l’agility, l’obey dancing, le travail au troupeau. Mais ce sont des activités qu’on ne peut faire qu’une à deux fois par semaine, pour la plupart, j’avais besoin de quelque chose de plus récurrent.

Un jour, la société dans laquelle je travaillais à l’époque avait inscrit toutes les filles à une course de 8km. Je n’avais pas cette passion avant, je me suis dit que j’allais me préparer un minimum. Et comme j’allais courir dans notre parc habituel, j’ai amené Whiskey avec moi. Ça a été le déclic pour tous les deux. Il a adoré et moi j’ai beaucoup aimé le voir heureux. Depuis, il m’accompagne sur toutes mes sorties et sur les préparations des marathons, on enchaîne des fois les sorties longues de plus de 25-30km. Je n’ai jamais réussi à le fatiguer 🙂 Un vrai coureur de fond.

Nous avons testé, comme je disais beaucoup de sports avec Whiskey.

En ce moment c’est principalement le canicross qui nous occupe tous les deux, mais c’est un chien qui a besoin d’être stimulé aussi intellectuellement, donc on fait beaucoup de dressage, il adore apprendre de nouvelles choses tous les jours.

Avec Loulou on fait du doga, ça lui plaît beaucoup (j’en ai parlé sur le blog) et cet été on a commencé le canisur

Parlons Instagram! (retrouvez d’ailleurs Andreea sur Instagram et Musher Experience ici)

J’ai commencé à publier sur Instagram à peu près en même temps que j’ai commencé à courir avec Whiskey. Ça a été une manière de tenir un journal de notre parcours ensemble, de me motiver en suivant d’autres sportifs et surtout d’arrêter de soûler mes amis avec mes histoires de chiens et de running.

J’y ai découvert une communauté bienveillante, sportive, qui m’a soutenu dans mes projets les plus fous, des gens qui m’inspirent au quotidien, dont j’ai pu rencontrer une partie déjà dans la vraie vie. J’adore Instagram pour la facilité du contact, pour les jolies images, le partage et la découverte de toutes les nouveautés de notre domaine. C’est justement cet esprit là que j’essaie de cultiver sur mon compte.

5 comptes Instagram incontournables qu’Andreea suit en ce moment

Voici les comptes qu’elle regarde le plus en ce moment

Quel évènement t’a le plus marqué (positif ou négatif) avec un de tes chiens?

Avoir un chien est indéniablement une des plus belles expériences qu’on peut avoir en tant qu’être humain. Aucun autre animal n’est capable de partager de la même manière la vie de l’homme, de lui offrir autant d’amour inconditionnel. Et je parle en tant qu’amoureuse de toutes les bêtes possibles et imaginables, j’en ai eu pas mal, de plein d’espèces différentes.

Ce qui me semble le plus représentatif de ma relation avec Whiskey c’est de savoir qu’il est prêt à se mettre en danger sans hésiter pour sauver mes fesses. Il l’a déjà fait et l’abnégation dont il fait preuve est tout ce qu’il me faut pour savoir que c’est le genre d’amitié que je veux avoir pour toujours.

A l’heure où je te pose ces questions, tu attends un bébé. Comment appréhendes-tu sa naissance? et la relation avec les chiens?

Je suis sûre qu’ils vont s’adorer. Ça ne peut pas se passer autrement, parce que mes chiens adorent nos amis, notre famille et tous ceux qu’on aime aussi. Et pour les enfants, je suis convaincue que la peur des animaux est un comportement appris et non inné. J’ai hâte qu’ils se rencontrent.

Elle a couru 2 marathons

J’ai fait mon premier marathon pour mes 30 ans. J’avais besoin d’un événement concret pour marquer ce moment que j’appréhendais, en tant qu’éternelle ado dans ma tête. J’avais besoin de me dire que mon corps est fort et mon esprit aussi, c’était important pour moi de me le prouver. Le suivant, je l’ai fait parce que j’ai adoré le premier. Et parce que je pense que ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts.

Ce que je cherche dans le sport, personnellement, ce n’est pas la performance ou la compétition de manière générale. Me comparer aux autres ne me motive pas plus que ça. Ce que je veux, c’est me dépasser, me fatiguer physiquement, pour donner plus de lucidité aux pensées. M’amuser avec mon chien, renforcer de lien que j’ai avec lui. Être en bonne santé et motiver les autres à l’être aussi. Mens sana in corpore sano, je contribue à l’intérêt général 🙂

Conseil pour bien se préparer à un marathon

Se préparer à s’amuser, tout en sachant qu’il va souffrir. C’est une drôle d’expérience et on est un peu maso de la tenter. Mais je n’ai rien vécu de plus puissant que ce sentiment de mission accomplie, lorsqu’on passe la ligne d’arrivée.

Pour bien se préparer pour un marathon, il faut tout simplement beaucoup courir, disait mon médecin de sport, qui en a fait, lui, plus d’une dizaine. Pour un premier marathon, faire du fractionné, ça ne sert à rien, de mon point de vue.Sauf si on part d’emblée avec un objectif temps très précis. Et encore.

Enchaîner les kilomètres et renforcer son mental

Ce qu’il faut c’est enchaîner les kilomètres et renforcer son mental en même temps que son corps. Faire de la muscu en parallèle, le running n’est pas suffisant et le physique de runner n’est pas très esthétique, si on me demande 😀 S’alimenter correctement. S’investir dans son objectif.

Marathon: la plus importante leçon…

La plus importante leçon que j’en ai tiré est que rien de ce qui vaut le coup ne nous tombe dessus. Il faut l’avoir en tête du début à la fin, pendant la prépa et pendant la course. Et la joie de recevoir cette médaille est sans nom, ça mérite chaque goute de sueur, de sang ou de larmes qu’on y a laissé.

87% de mon meilleur contenu n'est pas sur ce blogue!

Viens avec moi! Inscris-toi MAINTENANT pour avoir accès à tout mon CONTENU EXCLUSIF!

Laisser un commentaire