> English version

Acheter un chiot: conseils pour adopter son premier chiot


 

Vous voulez acheter un chiot et vous voulez en savoir plus: LOF ou non LOF? éleveur ou particulier? avoir les garanties pour une adoption dans de bonnes conditions. Je vous accompagne dans l’achat de votre premier chiot.

Alors tout d’abord, je vais privilégier le terme d’adoption plutôt que d’achat. Beaucoup de gens parle d’acheter un chiot plutôt qu’adopter un chiot, mais un chiot n’est pas un objet et il me parait important de faire cette distinction à travers les bons termes.

Êtes vous vraiment prêt pour adopter un chiot?

Un chiot va grandir. Avant toute démarche, il est important d’être sûr de soit et de comprendre l’engagement que représente un chiot.

chiot-husky-siberien

Pour vous aider à savoir si vous êtes prêt à adopter un chiot, posez-vous ces quelques questions:

  • Ai-je suffisamment de temps à lui consacrer?
  • Ai-je bien envie d’aller au delà du simple pipi de 5 minutes dehors, mais bien de jouer avec lui, de l’emmener voir d’autres chiens pour le sociabiliser, aller dans des parcs ?
  • Est-ce que j’ai l’argent nécessaire pour veiller à sa bonne santé? pour lui donner une bonne alimentation (croquettes, BARF, compléments alimentaires…), pour aller voir le vétérinaire autant de fois que nécessaire…

Pure race, chien LOF ou non LOF?

Chiot LOF

chiot-faceLOF signifie Livre d’Origine Française. Si les parents sont LOF, cela signifie qu’ils répondent à certains critères, qu’ils rentrent dans une sorte de moule. Le chiot issue de parents LOF a plus de chance de correspondre aux critères définis au LOF.

Votre chiot aura plus de chance de correspondre aux critères de la race.

Si par exemple, votre chiot est un husky, il aura de fortes chances d’avoir une nature fugueur, d’avoir facilement envie de tirer à l’attelage, il aura des mues (changement de poils entre les saisons), il pourra peut-être avoir les yeux bleus ou verrons, etc.

Chiot non LOF

S’il n’est pas LOF, ça ne veut pas dire qu’il ne répondra pas à ces critères. Ça veut dire qu’il n’aura pas la certification qui maximise ses chances de répondre à ces critères. Ça veut dire que l’on n’a pas validé les critères des parents et par conséquent on ne peut pas valider le chiot.

La confirmation au LOF est a modérer

Attention, il ne faut pas prendre le LOF pour argent comptant. Aussi important soit le rôle du LOF, il faut néanmoins en modérer sa portée.

Le monde canin est un monde très petit. Tout le monde se connait. Pour confirmer son chien au LOF, il faut payer et passer devant des juges qui jugeront si le chien correspond aux critères de la race ou pas.

On se retrouve donc parfois à avoir par exemple un husky sibérien confirmé en Norvège (critères norvégien pour valider un husky sibérien) mais refusé au LOF (critères français pour valider un husky sibérien).

Le fait qu’il ne soit pas LOF ne veut pas dire qu’il a des tares ! Ça veut dire qu’il n’a pas été validé par un juge qui a décidé que le chien ne correspondait pas aux critères français.

Certains critères français sont libres d’appréciation selon le juge, qui peuvent ainsi écarter ou confirmer un certain nombre de chiens du LOF.

On se retrouve donc parfois avec un chien confirmé par un tel, mais refusé par un autre.

L’écart de prix entre chien LOF et non LOF

Très généralement, le prix varie entre un chiot LOF et un chiot non LOF. Par exemple pour le husky sibérien, je vois souvent des prix de l’ordre de 600-800€ pour un husky non LOF et plutôt 1000€ pour un husky LOF.

Un chiot exempt de tares

Tout comme les critères, un point hyper important est qu’un chiot issue de parents LOF a plus de chances d’être exempt de tares. Ça ne veut pas dire qu’il n’en aura pas, mais des garanties ont été prises afin de maximiser les chances qu’il n’en ait pas.

puppy-siberian-husky-blue-eyes

Éleveur ou particulier?

Ce n’est pas parce que c’est un éleveur qu’il va être LOF. Ce n’est pas parce que c’est un particulier qu’il va être non LOF.

Au risque de rentrer dans des stéréotypes, voici l’image que j’ai des particuliers et des éleveurs (j’ai côtoyé énormément l’un comme l’autre).

Les particuliers

Un particulier ne fait pas plus de 1 portée par an. Je dirais qu’en général, il fait 1 ou 2 portée dans toute sa vie, histoire de vivre ce moment ou voir les enfants de leurs chiens et en garder. Ce sera donc plus une portée venue du cœur, faites d’un mélange de curiosité et de passion.

La portée étant rare, je dirais que l’on retrouve une attention toute particulière chez le particulier afin que tout se passe bien. La connaissance sur le sujet est généralement inférieure aux éleveurs, plus aguerris.

La séparation avec les chiots est émotionnellement plus compliquée. C’est un peu un de ses enfants qui s’en va. La relation se poursuit peut être plus facilement par la suite avec de nombreux échanges de photos, depuis la naissance (le particulier qui fourni les photos) jusqu’à l’âge adulte (celui qui l’a adopté tient au courant de l’évolution).

Les éleveurs

Un éleveur va avoir une approche plus eugéniste puisqu’il va choisir ceux qu’ils souhaitent faire reproduire en fonction de certains critères.

Il va avoir une volonté de résultat. Il va essayer des chiots à son image.

Il va par exemple éviter de faire reproduire des chiens bagarreurs pour limiter les risques d’avoir des chiots à tendance bagarreurs plus tard.

En sélectionnant ainsi les géniteurs, il va pouvoir créer des lignées. Au fil des portées, les chiens vont avoir telle ou telle tendance, tel ou tel trait de caractère dominant.

C’est comme ça que l’on peut constater de nos jours une « fracture » entre ce que l’on appelle des « show-dogs » et des chiens de travail (un article est à venir sur ce sujet). Le show-dog va par exemple être plus court sur patte et avoir une robe bien fournie. Alors que le chien de lignée de travail va être plus élancé, haut sur patte et mince.

Au sein de chacune de ces familles, on retrouvera donc les différentes lignées, dont les éleveurs sont responsables.

Attention aux reproducteurs qui font ça pour l’argent !

L’un comme l’autre, on peut tomber sur des gens qui ne sont là que pour le pognon.

Non aux abandons de chiens !

Plus de chiens abandonnés

Il y a des éleveurs qui n’ont aucun sentiments, qui n’effectuent aucune sélection dans la race, qui font reproduire leurs chiennes parfois tous les ans ou même 2 fois par an, qui outre passe allègrement les tests de vérification d’absence de tares, etc. ils sont là que pour se faire de l’argent, soit parce qu’ils sont avares, soit parce qu’ils sont dépendant de leur métier pour survivre, soit…bref, ils font de l’argent avec leurs chiens. On peut bien sûr tomber sur des particuliers avec la même mentalité !

N’hésitez pas à aller visiter plusieurs élevages, plusieurs particuliers afin de vous faire votre propre idée. Il est important que vous trouviez quelqu’un qui correspond à ce que vous recherchez, à ce que vous estimez être bien.

Comment reconnaître si le « vendeur » est là pour le pognon?

On va vous poser plein de questions

Un point que je trouve très important, c’est que celui qui vend le chiot doit vous poser plein de questions.Le vendeur va vouloir en savoir plus sur vous. Il est important qu’il maximise ses chances de trouver une bonne famille pour le chiot.

Une bonne famille peut correspondre à certains critères qu’il aura choisit par rapport à la race, mais aussi et surtout que les futurs maitres et maitresses aient de l’amour à donner, qu’ils se soient renseigner sur la race ou aient envie de bien faire et soient en cours de recherche d’information.

Le vendeur va essayer d’être pédagogue, de vous apprendre des choses si vous en avez besoin. Il y aura une volonté de partager la passion.

husky-chiot

Posez des questions

Dans la même veine que la précédente, n’hésitez pas à poser des questions !

  • Est-ce que la mise bas c’est bien passée?
  • Comment s’est-elle déroulée?
  • Ont-ils des photos ou vidéo?

Informez-vous sur le mode de vie de l’éleveur ou du particulier:

  • Fait-il du sport avec ses chiens?
  • Comment les éduque-t-il?
  • Combien de temps passe-t-il par jour avec eux?
  • etc.

Observez comment il se comporte avec ses chiens.

Un cadre de vie saint pour les chiots

Observez le cadre de vie des chiots. L’environnement du chiot en dit long sur l’éleveur ou le particulier. Est-ce que son environnement est propre? Est-ce que la mère est bien aux côtés des chiots? Peuvent-ils se dégourdir? Comment mangent-ils?

Petite anecdote: pour ceux qui me suivent, vous savez que j’ai aussi des shi-tzu. Il y a donc plus de 10 ans, j’étais allé chercher l’un d’eux dans un élevage du Var. Ce que j’ai vu là-bas ma rendu fou. Les chiots étaient dans une petite caravane, enfermé, sans leur mère. Un énorme sachet de croquettes étaient ouvert sur le côté en guise de distributeur. Les chiots et les croquettes baignaient dans l’urine. C’était dégueulasse à voir. Cette éleveuse a fermée 1 an après, heureusement.

Demandez à voir les parents

Essayez de voir les parents. On apprend beaucoup sur les chiots en observant les parents. Vous verrez s’ils ont des antécédents, comment ils sont physiquement et comment ils se comportent.

Limite légale: le chiot doit avoir 2 mois

puppy-husky-voyou

Si l’éleveur ou le particulier veut vous donner le chiot avant 2 mois, ça craint ! Le cadre légal, pour justement protéger les chiots, est de 2 mois minimum !

Je rajouterais que plus longtemps le chiot restera avec sa mère, plus il sera éduqué. 3 mois est un âge vraiment pas mal pour récupérer son chiot.

J’ai eu l’occasion de récupérer des chiots à moins de 2 mois (pour les sauver et sauver la mère) et d’autres à un peu plus de 3 mois. Le contraste était flagrant. Le chiot de 3 mois et plus était super bien éduqué. Quand je parle d’éducation, je parle pas seulement de pipi ou non à l’intérieur. Je parle aussi d’interaction avec d’autres chiens, de comportement et de stabilité mentale.

Les garanties: preuves de tests médicaux, pédigrée et contrat de vente

Attestation de tests médicaux

Parmi les garanties que vous pouvez aussi avoir, vous pouvez demander à consulter les attestations des tests médicaux, si le vendeur affirme les avoir fait. Ça confirmera sa bonne foi.

Demandez le pédigrée du chiot

iditarod-puppy-training-800x800Vous pouvez demander le pédigrée. De toute les manières c’est très important, intéressant et enrichissant de connaitre l’origine de son chien, de savoir qui sont ses parents et ses grands parents.

Signez le contrat de vente

Il vous faut absolument signer un contrat de vente pour être en règle. Vous pouvez télécharger un exemple de contrat de vente de chiot ici, sur Musher Experience.

Au delà de l’aspect pécunier, le contrat permet aussi de définir le changement de responsabilité. A terme du paiement, le propriétaire n’est plus l’éleveur ou le particulier mais bien vous. Vous êtes donc responsable de ce petit bout et de ses actions présentes et futures.

[Total : 9    Moyenne : 3.3/5]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *